Challenge Méditation

Du 1 au 22 décembre 2019

 

10min/jour 

InscriptionProgramme

Challenge de Méditation

« En nous posant sur la terre, dans l’ici et maintenant, en entrant dans le silence de la pratique, en respirant enfin, nous découvrons qu’il est possible de nous relier à nous-mêmes et aux autres avec plus de clarté et de compassion. »

Fabrice Midal

Période: Du 1 au 22 décembre 2019 en excluant les dimanches.

18 méditations.

Règles proposées:

  • Pratiquez 10 minutes par jour, à l’heure qui vous convient (si possible toujours à la même heure de la journée).
  • Pratiquez où vous vous sentez bien. Privilégiez un lieu aéré et sans trop de bruit.
  • Il est mieux de ne pas être trop épuisé sinon vous allez vous endormir. Il est également conseillé de ne pas méditer le ventre trop plein.
  • Laissez venir les images, sans les échanger (sauf si elles sont négatives) et sans les retenir ! Accueillez ce qui se présente et observez !
Jour 1

 

Qui est la personne la plus importante pour vous ?

Il est sain d’avoir de l’estime de soi. 
Nous sommes souvent dans l'autocritique et trop exigeants envers nous-mêmes. Il y a des modes de pensée, repris de nos parents ou de la société, que nous n’arrivons pas à lâcher. Par exemple le sentiment de ne pas être à la hauteur ou de ne pas mériter d'attention sans avoir réalisé un exploit.

Mais nous devons nous aimer et nous estimer, car c’est la clef pour une vie heureuse. Seulement si on s’aime soi-même on peut aimer les autres. Dès que nous acceptons notre corps, notre esprit et notre âme - avec tous nos sentiments, sensations et émotions - notre vie se transforme positivement. Notre vie professionnelle et privée. 

La méditation en trois étapes :
1. Installez-vous dans une posture confortable mais ferme (en tailleur, sur une chaise, couché si nécessaire,...)
2. Votre souffle est long et subtil.
3. Concentration. Répétez mentalement:

Je suis la personne la plus importante pour moi !

Gardez votre attention sur cette phrase.
Laissez venir images et interrogations.
Observez ce qui se présente, tout en continuant à réciter votre phrase.

Jour 2

 

Prenez le temps pour vous et vivez VOTRE vie !

Peut-être que vous connaissez la situation de dédier sa vie au travail, aux enfants, à la famille ou au partenaire. Puis tout à coup on se rend compte, qu’on s’est oublié, qu’on n’a pas pris assez de temps pour soi, pour notre vie à nous. I, me and myself avait disparu.

S'offrir des cadeaux à soi-même, c'est bien. Prendre du temps pour soi, c'est souvent plus compliqué, mais tout aussi important.

Planifiez une sortie que pour vous ! Qu’est-ce qui vous ferait du bien ?

Aujourd'hui commençons par prendre le temps de bien respirer.
Je vous propose une méditation sur le souffle.

Pendant la journée revenez plusieurs fois à ce rythme de respiration.
Cela peut être en travaillant, dans le bus, en voiture, partout. Une minute de concentration sur le souffle, six respirations.Maintenant:

1. Votre posture est confortable.
2. Votre souffle est long et subtil.
3. Concentration:

Inspirez 5 secondes de l’amour, "je m'aime", expirez 5 secondes ce qui est lourd, ce qui vous pèse, "je lâche".
Vous terminerez la méditation en mettant les mains sur votre coeur.

Ce principe de respiration a été repris par la cohérence cardiaque.
Vous pouvez aussi, pour la méditation de maintenant, regarder une vidéo de cinq minutes sur YouTube en fixant le coeur/papillon/boule... qui monte et qui descend. Par exemple cette vidéo:

 
Jour 3

 

Je suis le seul responsable de mon bonheur !

Qui dirige votre vie ? Qui écrit l’histoire de votre vie ?

Redevenez le maître de votre vie.
Ne vous laissez pas vivre.
Ne vivez pas par ou pour les autres.
Prenez les reines de votre vie dans vos mains !

Vous ne devez rendre heureux personne, à part vous-même. 
Vous êtes responsable de votre parole et comment vous vous exprimez. Mais vous n’êtes pas responsable de ce que l’autre ressent.

Aucune autre personne que vous ne doit vous rendre heureux.
N'accusez personne d'autre que vous, d'être responsable de votre vie. Il y a des personnes qui disent: "Ah si mes enfants faisaient ceci cela...Ah si mon conjoint était comme ci comme ça....Si mes parents avaient agi autrement..."

Laissez le passé dans le passé.
En accordant le pardon aux autres, vous pouvez vous libérer.
Ou bien, pardonnez-vous de ne pas pouvoir pardonner. Lâchez.

Vivez maintenant et décidez d'être heureux.

La méditation en trois étapes :
1. Installez-vous dans une posture confortable.
2. Votre souffle est long et subtil.
3. Concentration. Répétez mentalement:

Je suis le seul responsable de mon bonheur !

Gardez votre attention sur cette phrase.
Laissez venir images et interrogations.
Observez ce qui se présente, tout en continuant à réciter votre phrase.

Mise en garde pour toutes les méditations: Si des images négatives ou des idées noires se présentent, changez-les en quelque chose de positif !

 

Jour 4

 

Le stress est mon ami !

Le SISU est un état d’esprit finlandais qui vise à surmonter les épreuves de la vie et à développer sa force intérieure. Le sisu permet d'affronter toutes les situations et de mener à bien ses objectifs, que ce soit les barrières qu'on peut se dresser soi-même ou simplement lorsque nous sommes confrontés à l'adversité du quotidien.

Le sisu nous dit d'appréhender notre stress différemment. Pas comme un ennemi, mais plutôt comme un moyen de se dépasser. En acceptant le stress comme un allié ou ami, nous modifions la réponse de notre corps et nous pouvons vivre le stress différemment.

Vous pouvez regarder l'évènement TED « Comment faire du stress votre ami » de la psychologue Kelly McGonigal sur YouTube. Elle démontre via ses recherches que le stress n’est mauvais que si on le perçoit comme tel. Si nous comprenons que la réponse de notre corps au stress est utile et favorable pour nous, et que le stress nous permet d’être plus performants, nous ne vivrons pas les effets du stress comme quelque chose de négatif. De plus, le stress produit de l'ocytocine, ce qui est bénéfique pour nos relations avec autrui. Quand vous pensez que le stress vous aide, il apporte
courage et résilience.

A part une bonne organisation, c'est finalement avant tout une question de perception.

La méditation en trois étapes :
1. Installez-vous dans une posture confortable mais ferme (en tailleur, sur une chaise, couché si nécessaire,...)
2. Votre souffle est long et subtil.
3. Concentration sur la question suivante:

Dans quelles situations je me sens stressé ?
Je change ma perception et accueille le stress comme un complice, un ami, un moteur, une force. 

 
Jour 5

 

Apprenez à dire NON, vouloir MOINS.

Pardonnez-vous d’être imparfait.

Nous faisons au mieux, mais nous ne sommes pas des surhumains. Personne ne va nous récompenser, nous allons juste nous épuiser.

Il y a des personnes qui disent toujours Oui. Elles ne savent pas quelles sont leurs priorités et qui elles sont vraiment. Elles ne sont pas créatrices de leur vie, laissent leur vie se créer par les circonstances. Même si en fait les circonstances ne sont jamais des hasards et cela signifie qu'elles se laissent porter par leur inconscient alors que l'objectif de la méditation est d'apporter plus de conscience de son corps, de sa vie, de ses sentiments, de sa spiritualité.

Afin de nous aimer et de nous respecter, il est parfois nécessaire de réfléchir à notre vie et de définir nos besoins. Dites OUI à vous-même. Acceptez-vous comme vous êtes. Rappelez-vous tout ce qui est merveilleux en vous, avec gratitude.

Apprenez à mettre des limites et prévoyez assez de temps pour vous.
Dites non aux situations qui ne vous conviennent pas. Vous dites "non" à la situation et pas "non" à la personne.

Dans notre société, nous sommes conditionnés à vouloir toujours plus. Plus, plus, plus et encore plus! Changer ce point de vue et chercher à vouloir moins, moins, moins et encore moins !
Quel sentiment de liberté !

La méditation en trois étapes :
1. Installez-vous dans une posture confortable mais ferme.
2. Votre souffle est long et subtil.
3. Concentration:

Répétez le mantra SO HAM (je suis cela). "SO" à l'inspiration, "HAM" à l'expiration.

Terminez avec les mains devant le coeur.

Jour 6

 

Méditation arc-en-ciel

 

Je vous propose aujourd'hui une méditation du philosophe neuchâtelois Jacques de Coulon que j'aime beaucoup.

Installez-vous dans une posture confortable mais ferme.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration:

Les 7 sphères ou la conscience arc-en-ciel :

  1. Visualisez clairement une sphère rouge au-dessus de votre crâne : plongez-y et vous voici rayonnant de lumière rouge !
  2. Passez à travers cette première sphère pour entrer dans une boule orange qui se présente au-dessus. Poursuivez votre ascension dans des sphères jaune, verte, bleue claire, indigo (bleu foncé) et violette. Chaque fois contemplez la sphère, immergez-vous en elle pour refléter sa couleur puis traversez-la vers la suivante.
  3. À la fin, pénétrez dans une sphère étincelante de lumière blanche, synthèse de toutes les couleurs qui précèdent. Remplissez-vous de cette clarté de la manière suivante :

Inspirez la lumière puis diffusez-la sur l’expiration dans tout votre être, y compris votre corps.

  1. Redescendez en sens inverse jusqu’à votre espace frontal : traversez violet, indigo, bleu clair, vert, jaune, orange et rouge.
  2. Relaxez-vous derrière votre front.

Reprenez ensuite conscience de votre souffle et de votre corps.

Namaste.

Jour 7

 

Se déconditionner !

Prenez un instant pour vous interroger sur votre conditionnement.

De qui viennent vos croyances ? 
Quelles sont les certitudes qui viennent vraiment de vous ?
Quelles sont les certitudes que vous avez repris de vos parents, de votre entourage ?
Etes-vous prisonnier de vos habitudes, de vos réflexes, de vos certitudes ?

Se déconditionner est le travail de toute une vie !

Etre conditionné, c’est être enfermé dans une boîte, la boîte de notre passé, de notre héritage, de notre enfance, de nos parents, de nos traumatismes, de notre inconscient...

Prisonnier de notre identification, comment pouvons-nous nous croire libres alors que nous sommes gouvernés par tout ce qui nous construit jusqu’à ce jour : tout le passé, avec ses joies et ses peines.

Dans le livre, YOGA SUTRA de PATANJALI, livre de référence du Yoga,
plusieurs Sutra (aphorismes), nous donne des pistes pour nous déconditionner.

Sutra I.1: Se déconditionner est un art, un véritable chemin de pratique. Mais pour faire ce chemin, il faut déjà avoir conscience de son conditionnement. "Atha"="maintenant", est le tout premier mot des Yoga Sutra de Patanjali. "Maintenant" nous commençons le yoga, la voie de la libération. Etre libre commence aujourd’hui pas à pas. Etre libre, déconditionné, pleinement dans le présent pour s’ouvrir à une autre dimension, la dimension de l’être.

Sutra III.18: Pour voir ses habitudes en face, il faut parfois s’arrêter, faire des pauses, changer de lieu ou de milieu.

Une meilleure connaissance de notre conditionnement permettra d’effectuer de nouveaux choix plus favorables.

Patanjali parle aussi de la spontanéité qui peut nous aider. Sortez de vos habitudes. Lancez-vous un défi de changement. Allez au théâtre, parlez à un inconnu, changez votre route pour aller faire les courses ou au travail, prenez un café avec du caramel,…. Soyez fou et spontané !

Toute la démarche yogique de Patanjali, aussi bien dans ses techniques psychologiques (observances à avoir envers nous et les autres), corporelles (postures), respiratoires-énergétiques, sensorielle et mentales (concentration, méditation) tend à purifier l'esprit de ses conditionnements pour nous rendre à notre nature originelle.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration:

Récitez mentalement le mantra suivant
(vous pouvez aussi commencer par l'écouter en cliquant sur le bouton ci-dessous) :

 

Sat Cit Ananda = Etre Conscience Félicité

(gage d'une félicité inconditionnée, la libération)

Namaste.

 

 

 

Jour 8

 

Grand rangement et Joie

Le conditionnement signifie non seulement de s’attacher aux idées préconçues, mais aussi de s’attacher aux choses matérielles.

Marie Kondo est spécialiste japonaise du rangement. Elle a publié plusieurs livres, vidéos, une série sur Netflix et propose des formations pour devenir consultant en la matière. Dans son livre « la magie du rangement », elle explique que les gens se sentent libérés après le grand tri. Se débarrasser d’objets conduit souvent à une perte de poids, réellement, physiquement. Car on s’en défait, on lâche ! Le mental se détend, cela nous libère et crée de l'espace même dans notre tête. Souvent, c’est inconsciemment que ces choses nous pèsent par leur présence.

Vider notre maison de ce qui l'encombre et aussi vider notre esprit.
Cela améliore notre vie et remplit la maison de joie.

La méthode "KonMari" procède à un rangement par catégorie: vêtements, livres, papiers, divers (cuisine, salle de bain,...) et objets à valeur sentimentale.

Je vous propose aujourd'hui une méditation un peu différente. Pratiquez avec le sentiment de contentement et de gratitude.

  1. Mettez-vous devant une armoire ou un tiroir et sortez tout.
  2. Prenez un objet après l’autre dans vos mains.
  3. Avec l'objet dans vos mains, percevez son énergie.
  4. Interrogez-vous : « Est-ce que cet objet me procure de la joie ? ». Si c’est "peut-être" ou "non", vous vous en débarrassez en le remerciant. Si c’est "oui, c’est sûr", vous le remettez dans l’armoire/le tiroir.

 

Je vous souhaite une magnifique journée "allégée" !

Lumière et Amour,

Jour 9

 

Les cinq couches de notre corps cachent notre VRAI SOI !

Selon le Vedanta (école de philosophie indienne se basant sur les Veda, les Upanishad, la Bhagavad Gita et les Brahma Sutra), le corps humain est fait de trois corps (corps physique, corps subtil/astral et corps causal), contenant cinq couches, appelées Kosha :

  1. La couche la plus extérieure est l'enveloppe de nourriture, appelé Annamaya Kosha.
  2. La deuxième couche est l'enveloppe de l'énergie, appelé Pranamaya Kosha.
  3. La troisième couche est l'enveloppe du mental, appelé Manomaya Kosha.
  4. La quatrième couche est l'enveloppe de la connaissance, du sub-conscient, appelé Vijnanamaya Kosha.
  5. La cinquième couche est l'enveloppe de la félicité, appelé Anandamaya Kosha.

Vous avez remarqué qu'il y a toujours "Maya" dans les noms sanscrits des différentes couches ou enveloppes. Maya veut dire illusion. Selon le Vedanta, Maya est le voile qui cache la vérité, qui nous empêche de voir que tout est un. La vérité de la non-dualité. Tout est un, tout est uni (Yoga = union).

A l'intérieur de ces cinq couches nous trouvons notre VRAI SOI, l'âme individuelle. Notre vrai Soi qui sait tout et qui connait cette vérité. Notre âme individuelle, pure et identique à l'âme universelle, sait qui nous sommes, sans tout le conditionnement et sans ces cinq voiles. L'être que nous trouvons pendant la méditation profonde.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration :

Pénétrez les cinq couches de votre corps, consciemment une après l'autre, de l'extérieur vers l'intérieur. Prenez le temps d'arriver à votre vrai Soi.
Restez avec la lumière que vous trouvez dans votre centre.
Soyez lumineux et sentez-vous unis à l'âme universelle, à tout ce qui vous entoure !

Namaste (je salue le divin en toi)

Jour 10

 

Les Quatre Incommensurables

Le yoga et le bouddhisme ont beaucoup de choses en commun. En effet, ils ont le même historique jusqu’à vers 400 avant JC. C’est là que les deux traditions ont pris un chemin différent. Patanjali a écrit les Yoga Sutra pour le yoga et Siddharta a pris le chemin de la méditation pour le bouddhisme.

Les règles que les deux appliquent sont souvent les mêmes. Par exemple
concernant les quatre incommensurables.

Selon le bouddhisme, les Quatre Incommensurables sont les réponses à toutes les situations de la vie. Le nom est « incommensurable », car le nombre d’êtres sensibles auxquels elles s’appliquent est incommensurable et que les bienfaits qui découlent de l’application de ces idées sont, également, incommensurables (explique Matthieu Ricard).

Les Quatre Incommensurables sont :

  • L’amour altruiste (ou la bienveillance)
  • La compassion
  • La réjouissance
  • L’impartialité (ou équanimité)

Dans les Yoga Sutra de Patanjali, l’aphorisme I.33 en parle. Patanjali y montre que le yoga ne concerne pas seulement les ascètes vivant dans la solitude. Il indique l’attitude appropriée à développer dans la vie quotidienne. L’aphorisme peut être traduit ainsi (B.Bouanchaud) : « La sérénité psychique provient de l’attitude mentale:

  • L’amitié face au bonheur d’autrui
  • La compassion active devant son malheur
  • La joie face à sa vertu
  • La neutralité vis-à-vis de son erreur.

Les méditations sur les Quatre Incommensurables vous conduisent, progressivement, à ne plus tout prendre sur vous, à identifier vos travers et à ne pas les alimenter.

Méditation : 

Je vous invite à méditer sur une des questions suivantes :

  • Comment ne pas être jaloux mais manifester de l’amitié envers ceux qui réussissent ?
  • Comment ne pas condamner les autres pour leurs erreurs mais être neutre pour garder son calme et pouvoir exercer ses responsabilités correctement ?

Namaste.

Jour 11

 

L'amour altruiste

Laissez-nous revenir aux quatre incommensurables et faire une méditation sur le premier, l'amour altruiste. Ou en Yoga: L'amitiés face au bonheur d'autrui.

Prenez conscience qu’au plus profond de nous-mêmes, nous redoutons la souffrance et aspirons au bonheur.
Une fois ce constat établi, nous devons admettre le fait qu’il est partagé par tous les êtres. Nous prenons conscience de notre interdépendance.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.

Concentration: 

  1. Commencez par vous souhaitez la réalisation pour vous-même : «Puisse-je connaître la bienveillance.» 
  2. Pensez à quelqu’un qui vous est cher : «Puisses-tu connaître la bienveillance.» 
  3. Étendez votre amour altruiste ensuite à ceux que vous connaissez moins. 
  4. Incluez dans cette bienveillance, ceux qui vous ont fait du tort et ceux qui nuisent à l’humanité : «Puissent tous les êtres connaître la bienveillance.»

Cela ne signifie pas que nous leur souhaitons de réussir dans leurs entreprises malveillantes. Nous formons simplement le voeu qu’ils soient libérés de leur haine, de leur avidité, de leur cruauté ou de leur indifférence ! Qu’ils deviennent bienveillants et soucieux du bien d’autrui.

Finalement, embrassez la totalité des êtres sensibles y compris toutes les autres espèces dans un sentiment d’amour illimité.

(Méditation de Matthieu Ricard.)

 
Lumière et Amour,
Jour 12

 

La compassion

Dernière méditation sur les Quatre Incommensurables, la compassion.

Yoga : "Cultiver la compassion active devant le malheur d'autrui. Se porter au secours du malheureux."

Bouddhisme : "La compassion est la forme que prend l’amour altruiste lorsqu’il est confronté à la souffrance de l’autre."

Pour être dans la compassion, il faut se sentir concerné par le sort de l’autre, prendre conscience de sa souffrance, désirer qu’il en soit guéri et être prêt à agir en ce sens.

Par la suite, nous pouvons étendre cette compassion à l’ensemble des êtres, en formant le souhait suivant : « Puissent tous les êtres se libérer de la souffrance et des causes de leurs souffrances. »

Votre posture est confortable.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration: 

Répétez la mantra KARUNA HUM (je suis compassion).
A l'inspiration "KARUNA", à l'expiration "HUM".

Mains devant le coeur: Namaste.

Jour 13

 

Shanmukhi Mudra : Écouter le son intérieur

Votre conscience est souvent tachée et obscurcie par toutes sortes de poussières. Quelles sont donc ces taches, ces pensées ou ces perceptions négatives qui enténèbrent votre vie ? Dressez-en la liste puis barrez-les vigoureusement ! (Jacques de Coulon)

Dans la vie courante, nos sens sont happés vers l'extérieur par tout ce qui les sollicite. Si le mental cesse d'être identifié à cette vie extériorisée, il y a comme une réorientation des sens vers le soi.

Dans l’exercice que je vous propose, on s’abstrait du monde extérieur, en empêchant toute perception sensorielle. C'est un exercice de Pratyahara, le retrait des sens. Pratyahara est un des huit membres de l'Ashtanga Yoga de Patanjali.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.

Installez Shanmukhi Mudra: 
Les pouces bouchent complètement les oreilles, index et majeurs ferment les yeux, les annulaires se posent sur les narines (on respire par le nez) et les auriculaires se posent sur les coins de la bouche fermée.

Ecoutez alors avec concentration le son qui se trouve à l’intérieur de votre corps.

Visualisez des nuages noirs dans votre ciel intérieur. Faites souffler un vent tempétueux en imitant le bruit avec votre souffle (oreilles bouchées, Mudra en place). Progressivement les cumulus se raréfient et deviennent blancs sous une brise légère.

A la fin, le ciel est limpide et un splendide soleil brille au zénith de votre voûte crânienne.

Jour 14

 

Je suis précieux !

J'aimerais revenir à la thématique "Love Yourself" du début de notre méditation, l'amour à soi, en vous proposant une nouvelle méditation de Fabrice Midal.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.

Concentration: (Si vous avez du mal à répondre à une proposition, passez à la suivante. Il sera toujours temps de revenir à la première.)

  1. Pensez à une qualité que vous possédez et à partir de là, vous sentez qu’il y a quelque chose d’aimable en vous, quelque chose que vous pouvez aimer : je suis doux, je suis gentil, je suis agile de mes mains, …
  2. Pensez à une qualité que les autres vous attribuent et que vous pouvez reconnaître en vous. Prenez le temps de la contempler.
  3. Pensez à un acte bénéfique que vous avez accompli dans votre vie. Ne serait-ce qu’un seul acte à partir duquel vous reconnaîtrez qu’il y a quelque chose de beau en vous.
  4. Sentez en vous l’aspiration, le désir de vous aimer un jour même si vous n’y arrivez pas pour l’instant. Ce désir est déjà un premier pas, le signe d’un élément réel de bienveillance envers vous-même.

 

Lumière et Amour,

Jour 15

 

Souhaitez-vous d'être heureux

La dernière de nos méditations sur le thème de l'estime de soi, inspiré par Fabrice Midal:

S’aimer, ce n’est pas se regarder le nombril, ce n'est nullement d'être égoïste.

S'aimer, c’est apprendre à se connaître, se rencontrer, se respecter, se faire confiance pour pouvoir s’épanouir.

Installez-vous dans une posture confortable.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration:

  1. Pensez à un être qui vous est cher et souhaitez-lui le meilleur.
  2. Faites la même chose avec votre propre personne. Souhaitez-vous d'être heureux, indépendamment de vos qualités et de vos défauts.

Namaste,

Jour 16

 

Yoga et l'image de l'attelage

Le mot Yoga prend sa racine du mot sanscrit "Yuj" qui veut dire "atteler", donnant l'idée d'effort de maîtrise au mot Yoga ("mettre sous le joug"). Nous trouvons l'image de l'attelage dans les Upanishad ainsi que dans la Bhagavad Gita (deux oeuvres du Tripode philosophique de l'hindouisme).

L'allégorie du char (le corps humain) tiré par des chevaux indisciplinés (les sens) que le cocher (la pensée) ne parvient pas à diriger. Embarquée sur ce véhicule qui court à l'abime, l'âme (le vrai Soi) souffre en silence.

Selon la Katha Upanishad (datant entre -400 et -800), sur la route qui est le labyrinthe des désirs, le monde, il y a:

  • Le char qui symbolise le corps physique
  • Les chevaux indisciplinés représentent les sens
  • Les rênes sont le mental (manas: coordonne)
  • Le cocher est l'intellect qui comprend et décide (buddhi: discerne)
  • Le voyageur/passager, à l'intérieur du convoi, correspond à l'âme, notre vrai Soi. C'est lui qui connaît la destination du voyage et c'est lui qu'il faut atteindre.

L'Upanishad : Ayant pris conscience de la condition servile et malheureuse de son âme, l’être humain peut s’efforcer de maîtriser les chevaux indisciplinés de l’attelage (le galop des sens) pour aller dans une direction souhaitée. S'il est incapable de distinguer son vrai Soi du char dans lequel il roule, il n'atteindra pas son but et continuera à errer à travers les cycles de la vie et de la mort (Samsara, Katha Up 3.7).

Le yoga consiste en une méthode qui permet à la pensée (cocher) de discipliner les sens (chevaux). Laisser le mental obéir à l’intuition (cocher) et mettre l'intuition au service du passager: vrai Soi. La maîtrise de soi intègre les différents éléments de la nature humaine en un tout unifié. Elle les dirige ensemble harmonieusement vers le but suprême. Le Yogin se soustrait au mouvement naturel d'extraversion et tourne son attention vers l'intérieur vers le centre et la source de son être, le vrai Soi.

Installez-vous dans une posture confortable mais ferme.
Votre souffle est long et subtil.
Concentration:

Qui conduit votre char ?

Jour 17

 

Nos Dieux les Arbres

Et si les arbres étaient nos dieux ?

En effet, au temps des Vedas, il y avait 33 divinités de la nature: onze divinités habitant le ciel, onze demeurant sur la terre et onze nageant dans l'eau. Malheureusement aujourd’hui c’est tout le contraire. Les humains ont perdu tout lien et tout respect envers la nature.

Siddharta Gautama accède à l'éveil et devient Bouddha en méditant en tailleur sous un figuier. Quand ses disciples lui demandent de qui il a appris sa sagesse, qui l'a conduit à l'éveil, il lève son regard vers l'arbre !
L'arbre était l'enseignant de Bouddha !

L’arbre qui se trouve aussi dans notre corps: la trachée comme tronc, les bronches et bronchioles comme branches et les alvéoles comme fruits. Ou encore nos jambes comme racines, notre tronc comme tronc et les bras comme branches.

Habitant la région d'Arzier, nous avons la chance d'être entourés de magnifiques forêts, d’arbres majestueux et bienveillants. Il est facile de rendre visite à un arbre. L’arbre comme symbole de la paix.

Allez dans la forêt et émerveillez-vous de la beauté et de la force de nos arbres. Prenez un arbre dans vos bras ! Demandez-lui la permission et remerciez-le de ce partage d'énergie.

Méditation:

  1. Enracinez votre assise. Visualisez des racines qui descendent dans le sol. Votre tronc comme un tronc d’arbre, fort et solide. Votre tête qui veut voir la lumière et qui pousse sa couronne vers le ciel.
  2. Respirez de vos racines vers la couronne et de la couronne vers vos racines. Sentez à travers votre corps votre lien à la terre et au ciel.
  3. Imaginez-vous être un arbre, éventuellement l'arbre que vous avez choisi dans la forêt.

Infinie gratitude à tous nos arbres !

Jour 18

 

Portez votre lumière dans le monde

 

Nous avons vu dans la méditation sur les cinq couches du corps, qu'il y a un joyau, une lumière, dans notre centre. Ce joyau est notre vrai Soi. Il a trouvé l'union avec tout ce qui nous entoure.

Dans ce centre se trouve ce qui est bon en chacun d'entre nous. Ce centre est lumineux et brille dans toutes les directions. Il est rempli d'amour et de compassion.

Méditation:

Amenez votre attention dans votre buste, au centre de la poitrine.

  1. Visualisez-y votre lumière qui brille vers tous les côtés, comme des rayons de soleil. Votre corps est rempli d’amour et de lumière.
  2. Quand vous êtes bien lumineux, portez cette lumière dans le monde, vers tous ceux qui en ont besoin.

Je vous invite à terminer ces 18 méditations avec les mains sur le cœur :
« Que notre lumière contribue à un monde meilleur. »

Lokah Samastah Sukhino Bhavantu,
Que tous les êtres sur terre puissent être heureux et libres.

Posture

La posture peut être prise directement au sol, sur votre tapis de yoga, sur une couverture, sur un coussin, sur un bloc, etc. Vous pouvez méditer couché (si vous êtes trop fatigué), en tailleur (avec les supports nécessaires) ou sur une chaise (sans s’adosser, sans croiser les jambes, les pieds bien ancré au sol). Les yeux sont fermés, mi-clos ou ouvert (fixés sur un point non loin au sol). Les mains ouvertes, tournés vers le sol ou le ciel. Le dos redressé et droit. Fesses et bassin bien posés. Genoux pas plus haut que bassin. La tête dans l’axe, menton légèrement abaissé. Une ligne invisible relie la terre et le ciel au travers de notre corps. Soyez assis avec la solidité d’une montagne. Quelles que soient les pensées et émotions qui vous traversent, vous restez là, présent.

Namaste, Gabriela

La méditation en 3 étapes

1. Prenez une posture confortable que vous pouvez oublier.

2. Cherchez l’immobilité. Respirez consciemment et allongez votre souffle. Respirez par le nez et dans le ventre.

3. Commencez à méditer en dirigeant votre attention sur le sujet proposé.

Méditation de décembre